Posts Récents

Régina Demina et son été meurtrier

May 9, 2018

Régina Demina, nouvelle signature du label Kwaidan Records de Marc Collin (Nouvelle vague, Corine), ressuscite habilement la diva electropop estampillé eighties. Un peu Mylène Farmer (la rousseur, l’innocence surjouée), un peu Valerie Kaprisky (la provocation sensuelle, un regard foudroyant), elle surprend en ajoutant dans sa disco scandée une dose de noirceur presque euphorisante. « Dans mon travail de plasticienne, je suis très travaillée par le romantisme morbide, mais je veux surtout le revisiter de manière contemporaine. On n’est pas dans une époque très gaie,  on n’est plus dans les années 80 avec l’insouciance de faire les choses. C’est difficile de lever des fonds si on n’a pas de passe-droits. Mais je pense que c’est un mood générationnel, un peu mélancolique. »

 

Plasticienne, comédienne, chanteuse, Régina Demina assume ses différentes identités créatrices : « Aujourd’hui, si on veut travailler et gagner sa vie, il faut faire plusieurs choses. Être pluridisciplinaire, c’est aussi avoir besoin de travailler, concrètement. Je viens du théâtre et de la danse, mais j’ai bifurqué vers l’art contemporain car mes premiers jobs de comédienne ont été dans la mode et dans l’art. Je suis venue à la musique naturellement. Dans mes projets, vidéos ou installations, on m’a souvent reproché de mettre trop de musique, que c’était trop « clipesque ». Donc je me suis dit, autant aller à fond dans la musique. »

 

 

 

Son premier EP, « L’été meurtrier », produit par Marc Collin, nous emmène au Berghain en short à paillettes, les poches remplies de cassettes vintages du maître Moroder. « J’aime beaucoup la vague eighties, la no-wave, Kraftwerk. On avait ça en commun avec Marc Collin. Et puis Moroder a quand même composé le morceau intemporel de ces années là. ».

 

Mais loin de danser pour oublier la noirceur du monde, les chansons de Regina Demina nous rappellent brutalement la violence d’un amour déchu avec une morbidité hyper violente, comme sur « Pyromane » qui ouvre l’EP : « Je viens de la comédie à la base et j’ai imaginé les choses plutôt comme des fictions sonores, une incarnation de personnages. Je trouve ça toujours bien d’avoir l’air toute mignonette et de balancer des horreurs. Je trouve ça plus intéressant. Mes influences musicales sont comme un collage de plein de choses. Je n’ai pas envie de m’apparenter à un courant particulier. Il y a plein de courants musicaux que j’aime en musique, le punk,  la techno, des groupes de Rrriot girls, le rap. J’aime aussi des références plus pop, plus légères. »

 

 

La pop nous revient en fin d’EP avec une reprise du « Tandem » de Vanessa Paradis, mais une Vanessa qui aurait avalé du témesta en écoutant Telex : « J’ai un amour coupable pour les premiers morceaux de Vanessa Paradis, mais je n’aime pas la production. J’ai un problème avec les riffs de guitare. Donc j’ai eu envie de faire une version en mineur parce que je préfère les chansons tristes. Le pop-rock est un genre que je vomis, mais j’aime Vanessa et Gainsbourg et « Tandem » est un super titre. »

 

En tout cas, été meurtrier ou pas, l’hédonisme noir et disco des chansons de Régina Demina nous accompagnera dans la chaleur accablante des dancefloors  estivaux en attendant un album que l’on espère vénéneux à souhait.

 

 

SOUS INFLUENCES DIVINES

« J’adore Béatrice Dalle. Je suis amoureuse d’elle. Asia Argento, particulièrement dans les films de son père, Dario que j’aime aussi beaucoup. En littérature, j’aime le romantisme noir. Je suis une grosse fan de Dennis Cooper. Visuellement, j’aime autant les photographies très travaillées d’Irina Ionesco, très baroques avec des femmes vénéneuses et des décors mortuaires que les snapshots de la vague 90 comme ceux de Juergen Teller par exemple. Et puis Isabelle Adjani, surtout dans ses premiers films. C’est quelqu’un que je trouve impertinent. »

 

 EP "L'été meurtrier" disponible (Kwaidan Records)

En concert à la soirée Tragedy à Paris le 11 Mai.

Performance "Alma" au Cargo de nuit à Arles, le 31 mai

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload