Posts Récents

Fais-nous du bien Carmen !


Il est des spectacles plus réussis que d’autres, c’est un fait. Est-ce dû à un alignements des planètes pop ? À la corrélation d’un répertoire et d’une interprète ?

Carmen Maria Vega est indéniablement une très grande interprète, une voix comme on dit. Puissante, vibrante , chaude. Mais cela ne suffit pas toujours. Encore faut-il un répertoire à hauteur de coffre. En reprenant Boris Vian (après avoir joué Mistinguett dans un spectacle précédent et déjà sorti 3 albums) et ses chansons drôles et déprimantes, Carmen Maria Vega se mesure à un répertoire qu’elle fait sien dans un mélange de gouaille, d’humour et de sensibilité extrême.

Comédienne qui ne se la raconte pas, elle est d’une sincérité à toute épreuve, nous tirant les larmes sur un Déserteur d’actualité ou nous en mettant plein les yeux avec un numéro de burlesque à hurler de rire et d’excitation. Car c’est aussi la force de ce spectacle/concert pas comme les autres que de convoquer le Blue Velvet de Lynch et Betty Page, la pop sixties et les Pink Floyd dans un show de Music Hall nouvelle version incroyablement réussi. Musicalement et visuellement.

Les arrangements et la basse d’Antoine Rault, la batterie de Raphaël Léger et les claviers et la trompette de Raphaël Thyss alliés à la performance de Carmen font de ce « Fais- moi mal Boris » un spectacle incroyablement ludique, sensible et passionnant. Carmen Maria Vega est non seulement une grande interprète mais une créatrice inspirée (par Vian bien entendu mais aussi par la féminité exacerbée, provocante et toujours juste) qui mérite de remplir des salles pour faire re-découvrir cet auteur incroyable et toujours pertinent en 2022. Fais-nous du bien Carmen !


Texte et collage : Nicolas Vidal