Posts Récents

Desmond Myers : 5 moments pop


La sensualité est une affaire pop très sérieuse. La séduction d'une voix, un effet sur la batterie, des cordes qui pleurent. Et la basse, surtout. De Marvin Gaye à Jeff Buckley, de Rihanna à Mick Jagger, il suffit de parcourir rapidement la pop culture des 50 dernières années pour trouver des chansons sensuelles, des artistes qui donnent chaud et des voix moites. Il faudra désormais compter dans cette catégorie avec la voix et les chansons de Desmond Myers, américain aux faux airs de Gael Garcia Bernal, dont les chansons rappellent un James Blake moins ascétique qui aurait avalé la French Touch. Rencontre en 5 moments pop avec le français d'adoption à l'occasion des Inouïs du Printemps de Bourges - où sa pop luxuriante a fait sensation - et avant la sortie d'un album qu'on attend sur les braises.


Quel est l’artiste qui t’a le plus influencé et pour quelles raisons ?

"Difficile à dire car il y avait tellement de grands artistes qui m’ont fait découvrir différents univers musicaux ; mais l' artiste qui m'a laissé une empreinte est sans doute Rufus Wainwright. Elton John a dit une fois qu’il est le meilleur songwriter sur terre et je suis assez d’accord. L’élégance et la poésie de ses textes mélangées avec sa voix incroyable m’ont fait découvrir un peu l’expérience d’un homme homosexuel aussi. Il a une façon d’écrire sur ce sujet très profond et universel et c’était quelque chose qui m’a beaucoup ouvert l’esprit quand j’avais 16-17 ans."


Quel est l’album qui te parle le plus ? Et pourquoi ?

"Je dirais "Channel Orange" de Frank Ocean. C’est un album qui a vraiment influencé beaucoup de musiques qui sont actuellement à la mode. C’est un album de néo-soul mais très personnel avec des textes et des histoires très intimes. Il y a énormément de nostalgie mais aussi de douleur dans cette musique. Plusieurs artistes ont fait une carrière juste en prenant leur inspiration sur cet album, je trouve. C’est un classique à mes yeux."

Le film qui t’a le plus marqué et pour quelles raisons ?

"Mon film préféré est Blade Runner: 2049, j’aime beaucoup la science-fiction et le côté philosophique de ce film avec ses images inoubliables. Il m'a laissé un très grand souvenir."

Une chanson qui ne te quitte jamais ?

""Out on The Weekend" par Neil Young. Je penserai toujours à mon père en écoutant ce titre. Aussi La Question de Françoise Hardy. Cette chanson, et plus largement cet album, sont juste incroyables. C’est une très grande artiste pour moi."

Une performance Live ou un concert qui t’a donné envie de faire ce métier ?

"Il y en a plusieurs. Quand j’ai commencé à m’intéresser à la guitare, j’ai regardé énormément de DVDs des lives de groupes de rock des années 60’s et 70’s. Mon tout premier amour fut The Beatles ; ma grand-mère m’a acheté un DVD de leurs premiers lives aux States notamment dans "The Ed Sullivan Show". La guitare de John Lennon sur cette émission me faisait beaucoup rêver ; du coup, j’ai été chercher la guitare de mon père qui était sous son lit et j’ai commencé à en jouer et à mettre la sangle etc. Après j’ai découvert "Jimi Hendrix Live at the Isle of Wight", "Pink Floyd: Live at Pompeii", "Led Zeppelin: The Song Remains the Same" et surtout une VHS de John Mayer Trio au Bowery Ballroom à New York que ma mère avait enregistré pour moi. J’ai appris pas mal des solos de guitare de John Mayer en regardant cette VHS : c’était un gros héros pour moi pendant une époque."

Interview et photos : Nicolas Vidal