Posts Récents

Les voix d'ALA.NI.

October 24, 2019

 

"Acca", le nouvel album d'Alan.Ni, pourrait apparaître comme un exercice de style pour chanteuse (sur)douée. De Björk à Camille, beaucoup de chanteuses ont fait de la voix la matrice principale d'un album, souvent pour le pire d'ailleurs. Mais dans "Acca", la force d'Ala.Ni est d'avoir fait certes un album a capella, mais surtout un album pop au sens large, gorgée de bonnes mélodies et de références. Un album maîtrisé de bout en bout, réussi, et incroyablement actuel. Nous avons soumis quelques mots à la londonienne exilée à Paris afin de connaître un peu mieux la comparse de Damon Albarn.

 

VOIX

“Je reviens d’un stage sur la voix organisé par Bobby McFerrin. En tant que vocaliste, je m’ennuie parfois un peu de moi même. J’ai du mal à m’entraîner. Et là, j’ai appris le pouvoir de la voix, quel instrument c’est. La liberté, l’expressivité, la connexion avec les autres qu’a le pouvoir de la voix. Je suis encore en train de digérer cette expérience, mais tout cela m’a extrêmement ému. Bobby McFerrin est un être humain incroyable, un bel artiste qui donne, apprend et donne aux autres… Nous étions tous d'âges différents, de niveaux variés, mais tout le monde était là pour célébrer la voix. Par exemple, je n’avais jamais connecté mon corps à ma voix dans mon travail de chanteuse. Et là, j’ai pu explorer tout ça et ça a été une grande découverte. Je compose toujours tout avec ma voix. Sur mon album, tout a commencé A Capella. Ensuite, je rajoute des couches, des idées d’arrangements, mais toujours à la voix. Du coup, ce projet a été assez facile à mettre en place. La première chanson qui m’a suggéré que le projet pouvait fonctionner comme ça, c' est “Le Diplomate”. C’était un instrumental qui fonctionnait comme tel. J’ai demandé à un ami d’écrire le texte et j’ai proposé la chanson à Iggy Pop.”

 

IGGY POP

“Je lui ai demandé si ça l'intéressait de chanter ce titre car il passait souvent un morceau à moi dans son émission de radio aux États-Unis. Il connaissait donc mon travail et en parlait en bien. Et il a dit oui. On a travaillé à nouveau le texte avec David Lescot que j’adore. Et je suis parti à Miami pour enregistrer la chanson avec Iggy. Il a tout fait en une heure et on est parti nager à la plage !”

 

INSPIRATION

“En ce moment mon inspiration est un peu bizarre. J’ai besoin de silence et j’ai besoin de nature. Mais c’est aussi parce que j’ai besoin de digérer le travail que j’ai fait sur ma voix. Je fait souvent ce rêve en ce moment : je suis coincée dans une forêt et j’ai besoin d’un code mathématique pour débloquer ma voix. J’ai besoin de nature, des éléments. Mon état d’esprit a besoin de se lier à ça pour créer. Ce n’est pas que je vais écrire des chansons sur les feuilles, mais je sens que ça va m’aider. En revanche, écouter d’autres musiques ne m’inspire pas du tout. J’ai des fulgurances qui arrivent instinctivement tout le temps et j’essaie de les garder pour les développer. On me parle régulièrement de l’album “Médulla” de Björk concernant “Acca”. C’est une artiste qui a une liberté incroyable, qui s’autorise cette liberté et d’être complètement elle-même. Elle ne rend de compte à personne. Jamais. C’est ce que j’aime chez elle. Quand on a le cœur pur, on peut piocher dans le jazz, dans l’électro, dans la folk. Parce que c’est ce que tu es vraiment. En ce moment, ce avec quoi je lutte, c’est qu’on m’identifie comme une chanteuse de jazz, alors que je ne me suis jamais présentée comme telle. Mais les gens ont décidé que c’est ce que j’étais, et du coup, certaines radios ne vont pas jouer mes titres car ils ne passent pas de jazz. C’est dommage.”

 

 

COMÉDIES MUSICALES

“J’adorerais en écrire une un jour. Je vis un peu comme dans une comédie musicale d’ailleurs. Ma tête est toujours pleine de chansons, de mélodies… A un moment donné, je me suis dit d’ailleurs que ce serait un bon entrainement pour moi de participer à un spectacle. Mais ce n’est vraiment pas pour moi. C’est trop répétitif. Au début, j’étais très disciplinée, j’allais à la gym, j’étais concentrée, mais au bout de quelques semaines, je n’en pouvais plus. Mais ça fait partie de moi. Comme tout un tas d’autres influences. J’ai parfois du mal à digérer tout ça, ce qui fait qu’il y a des atmosphères très différentes sur le disque. Mais ce n’est pas conscient. Je n’ai jamais écouté qu’un seul style de musique, c’est trop limitatif. Et je ne le fais pas non plus dans ma musique.”

 

PRODUCTRICE 

“Personne ne croit que j’ai produit l’album moi-même. Si un mec le fait, tout est normal. Mais dès qu’une femme fait ça, qu’elle enregistre elle-même Iggy Pop, on n’y croit pas. Tout ce qu’il y a sur le disque, ce sont mes choix, mes envies. Je n’ai pas de manager, je ne veux pas que quelqu’un interfère dans ma création et me dise quoi faire. J’essaie de ne pas être radicale avec ça, je ne veux pas isoler les hommes, et être agressive avec ça. Je veux juste être inclue dans la conversation. Il doit y avoir un changement de comportement dans l’industrie, que les hommes nous parlent directement, sans passer par un autre homme. Dès qu’il y a un problème dans ce milieu, comme Kesha a pu en avoir, ce sont les femmes qui disparaissent. Sauf celles qui ont les moyens de se battre contre ça, comme Taylor Swift car elle a énormément de pouvoir. Je me suis parfois retrouvée dans des situations limites pour arriver à mes fins. On te fait croire qu’il suffit de coucher pour avoir ce que tu veux. On en est encore là. C’est terrible pour les créatrices. Et les femmes. Les hommes pensent que c’est un comportement normal, que ça fait partie du métier.”

 

PARIS VS LONDON

“Je vis à Paris, mais ma famille et mes ami.e.s sont à Londres. Je parle peu français, ce qui n’est pas bien. Je me sens plus inspirée, et plus moi-même à Paris. C’est peut être un peu bête, mais comme la nourriture est très importante pour moi, j’aime le rapport aux produits ici. C’est culturel. En Angleterre, tout est chimique, et tout le monde s’en fout. Je trouve qu’il y a aussi plus de justice sociale en France. Et puis Paris, c’est comme une ville avec une âme de village et ça me plait. J’ai aussi une vie privilégiée ici. Je n’ai pas un travail quotidien, je suis artiste, et j’ai eu plus d’opportunités ici qu’à Londres. La France est un beau pays pour les artistes.”

 

VANESSA PARADIS

“Elle est venue me voir en concert avec Jean-Baptiste Mondino il y a quelques années. Ils sont venus ensuite me voir dans les loges, et bien que je connaissais le travail de Mondino, je ne savais pas à quoi il ressemblait. Il a une personnalité bien trempée, et en fait je l’ai trouvé un peu impoli ne sachant pas qui c’était. Il disait qu’il voulait me photographier, etc, mais je l’ai un peu envoyé bouler. Et là, Vanessa Paradis me prend à part et me dit que je devrais le faire. Elle m’a donné ses coordonnées et m’a dit qu’elle allait organiser ça. Elle avait vu que j’étais un peu désarçonnée. Et elle a bien fait, car c’est un homme que j’adore aujourd’hui. Je me sens un peu bête d’avoir réagi comme ça et on en rigole maintenant. Il est tellement impliqué dans la culture. Il m'envoie tout le temps des nouveaux sons à écouter, il adore la musique. J’ai des conversations passionnantes avec lui. Il a une manière de voir les choses très personnelle, très optimiste et douce. Je suis donc ravie que Vanessa Paradis m’ait un peu forcé la main. C’est lui qui a fait la photo de mon disque, on a fait plusieurs séances. Et en parlant avec Vanessa, elle m’avait dit qu’elle préparait un disque, et l’inspiration m’est venue en Italie. J’avais cette rythmique un peu lourde que j’entendais bien avec sa voix. Mais je crois qu’elle a trouvé ça un peu noir, elle s'attendait peut être à quelque chose dans la veine de “Cherry Blossom”. Je ne sais pas pourquoi, je ne lui ai rien proposé d’autre. J’entendais vraiment sa voix sur cette mélodie. Mais du coup, le fichier de la chanson s’appelait “Vanessa Paradis”, et au fur et à mesure des changement, c’était “Van Par”, puis “Van P”. Et j’ai gardé le titre tel quel sur mon disque. Je ne sais pas si elle a entendu la chanson du coup. Mais j’aimerais vraiment écrire pour elle. Je comprends sa voix, je comprends son style. Elle est entièrement elle-même quand elle chante.”

 

"Acca", nouvel album disponible.

En concert au Festival Be Bop à La Flèche le 3 Novembre, au Festival Chant d'Elles à Canteleu le 28 novembre et le 19 décembre à Arras.

 

 

 

 

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload